Les plantes des toits végétalisés

Les plantes des toits végétalisés

Les tiges longues qui surplombent les toits végétalisés sont celles des oignons, ails, échalotes, ciboulettes ; c'est-à-dire les plantes de la famille de l’ail : allium en latin.

La tulipe, issue d’Asie, n’est arrivée en Europe que vers 1650. Elle n’existait donc pas au Haut Moyen Age ; dans le parc, elle ne peut donc être que dans le potager d’après Christophe Colomb.

La jacinthe serait défleurie en juin.

Pourquoi avoir planté des oignons, ails, échalotes en si grand nombre sur les toits végétalisés ? Les animaux herbivores ne mangent pas ces plantes, mais celles-ci sont aseptisantes. Les respirer diminue les risques de maladies respiratoires ; elles sont donc un élément important de la santé de nos animaux et des humains qui visitent le parc. 

En outre, ces plantes n’ont pas besoin de beaucoup de terre, ce qui est essentiel sur un toit végétalisé afin de limiter le poids du toit et éviter qu’il ne s’effondre. Ces plantes peuvent même pousser hors terre du moment qu’elles sont près d’une flaque d’eau. Elles sont très résistantes et peuvent attendre la pluie.

La majorité de nos toits ont été plantés afin de revenir à des toits homogènes où les matériaux qui n’existaient pas au Haut Moyen Age devaient être cachés. Remplacer tous les toits pour en faire des toits de chaume aurait été trop couteux et surtout incompatible avec notre volonté de développement durable, réemploi au maximum, minimisant les achats. Au final, ces plantations conduisent à des toits verts, assez proches de ce que devaient être des toits de chaume mal entretenus au Haut Moyen Age.